La zone bleue, un calvaire pour les riverains dans certains quartiers de Saint-Jean-de-Védas

Ce mardi 10 octobre, lors de la réunion de quartier n°7 (Roque-Fraïsse, Le Rieucoulon, La Condamine), beaucoup de riverains du quartier de Roque Fraïsse se sont plaint de la zone bleue.
La zone bleue permet de stationner durant 1h30 (du lundi au vendredi de 9h à 18h). Je comprends que la municipalité est mise en place ce système afin d’éviter le stationnement de personnes qui n’habitent pas là, pour prendre le TRAM (appelé voiture tampon).

Les chiffres INSEE : 2,8 voitures par foyer à Saint-Jean-de-Védas 
Les habitants de Roque Fraïsse ont (pour la plupart) 2 voitures et une place de parking sous les immeubles.

Un exemple : une védasienne, étudiante 
Cette demoiselle nous a expliqué qu’elle est en zone bleue. La journée elle va à la FAC en TRAM et le soir elle utilise sa voiture pour aller travailler et elle n’a pas de place dans son parking souterrain.
Voici un exemple parmi d’autres (1.500 habitants à ce jour).

Mais il existe une solution 
Le maire peut décider que le stationnement en zone bleue, normalement temporaire, le soit sans limitation de durée pour les riverains de sa commune.

Se garer peut devenir un vrai parcours du combattant dans les centres villes des grandes agglomérations. La loi confère au maire le pouvoir de réglementer l'arrêt et le stationnement des véhicules. Pour assurer la rotation des voitures, des zones à stationnement limité dans le temps, désignées "zones bleues", peuvent être prévues par arrêté municipal.

Pour autant, le maire peut décider que les riverains ne soient pas concernés par cette restriction et ainsi leur permettre de stationner gratuitement, sans contrainte de temps particulière. Cette dérogation est mise en place par le maire de manière discrétionnaire et à défaut, le stationnement en zone bleue reste limité dans le temps pour tous, riverains ou non.

Source : Le Figaro

Il ne reste plus qu’à faire des vignettes (avec numéro des plaques) pour les riverains se situant en zone bleue. Affaire à suivre…