Compte rendu de la réunion publique du centre-ville 

Au vu de l'actualité politique très mouvementée ces dernières semaines, je n'avais pas encore communiqué sur la réunion publique du 12 avril qui a eu lieu à la salle des Granges.

Védazine - n°29 - mai 2016 - Page 4

Peu d'habitants étaient présents
Selon moi, la municipalité a mal communiqué. La ville dispose d'un site internet, d'un journal municipal et de nombreux panneaux d'affichages. Une petite puce dans le journal municipal ne suffit pas. Il faudrait que chacun riverain reçoive une invitation.

D’un point de vue démocratique, j'adhère totalement aux réunions publiques 
Par contre, je suis beaucoup critique sur deux points. Le premier : nous avons eu des informations sur des sujets déjà mise en place. Par exemple, la zone bleue qui vient rendre la vie difficile aux riverains. Il aurait été souhaitable que les riverains soient informés avant la mise en place de la zone bleue. Cela aurait permis des solutions telle qu’un macaron qui permet de stationner librement sans avoir à utiliser ce fameux disque (car de très nombreuses habitations dans le centre ville n'ont pas de garage).
Le deuxième point, c'est qu'il n'y a aucun compte rendu de cette réunion. Oui cette réunion s'est bien passée. Mais où sont les propositions des riverains ?

Mes trois propositions (urgentes)
- Réaménager et rendre accessible le Puits de Gaud. Il faut créer une pente afin que les personnes à mobilité réduite, aux poussettes ainsi que l'ensemble des piétons qui se rendent au "village", aux écoles et au collège puissent s’y rendre en toute sécurité.

Compte rendu de la présentation du projet immobilier de la cave coopérative

Comme je vous l'avais annoncé, la municipalité et le promoteur ont présenté le 12 mai en mairie le projet qui va remplacer notre cave coopérative : un projet immobilier de 85 logements !

Cette réunion a donc confirmé que la cave coopérative va être démolie (décembre 2016) et que les travaux vont durer 1 an. Nous aurons 85 logements sur une surface de 2.752m² dans cette zone résidentielle. Quelle tristesse pour notre patrimoine !



Voici le projet :

85 logements, du T2 au T5, avec seulement 101 places de parking. 
Je dis bien seulement. Car comme je l'ai expliqué lors de cette réunion, Saint-Jean-de-Védas compte 2,3 voitures par foyer (chiffre INSEE).

Le calcul est simple :
2,3 voitures par logement
85 logements x 2,3 = 195 voitures
195 voitures - 101 places de parking = 94

Donc 94 voitures n'auront pas de garage.
Inutile de vous dire où elles seront garées.





La municipalité nous a une fois de plus expliqué qu'elle n'y peut rien
Il est vrai que certaines lois ont changé, mais notre PLU n'a jamais été modifié depuis la première élection de Mme Guiraud à la tête de la commune en 2009. Elle avait avec son ancienne équipe travaillé sur un nouveau PLU, mais l'État a fait un rapport de 13 pages de point "négatifs". Elle a donc décidé de ne pas aller plus loin dans la démarche de révision, et d'attendre d'avoir le même document à l'échelle de la métropole.
Donc, à ce jour toutes les constructions peuvent atteindre 13 mètres de haut !

La sortie du parking, en face de la rue des Albizias 
Avec le fort trafic automobile que connait le quartier, il va se poser le problème de la sortie du parking (101 places). Comme je l'avais expliqué dans l'un de mes articles (retrouvez l'article en cliquant ici), le sens interdit aux Roudères, contraint les automobilistes à emprunter la rue G. Boyer. Aux heures de pointe la file de voiture s'accumule dû fait que le feu tricolore est vert seulement 18 secondes.


Ce que l'on aurait dû faire 
Avec plus de 2.000m² nous aurions pu faire des salles de réunion pour les associations, une salle d'exposition (ponctuelle), une salle des fêtes, une salle de sport... La municipalité aurait dû acheter la coopérative, faire un espace municipal pour les védasiens, et ainsi conserver notre patrimoine.

85 logements vont venir remplacer la cave coopérative védasienne 

Voilà plusieurs jours que cette rumeur circulait dans les rues de la commune. Durant la réunion de quartier (Roudères / Sigaliès), lundi 9 mai, la municipalité a confirmé qu'il est prévu 85 logements. 

Mme Le Maire nous a annoncé qu'une réunion aurait lieu jeudi 12 mai à 18h30 en mairie en présence du promoteur.

Il est très regrettable que la municipalité n'est pas fait l'effort financier pour l'acheter et la réaménager. Nous aurions pu faire quelques logements et des locaux pour des associations qui ont des demandes ponctuelles.
La vente de l'ancienne gare est une erreur
Maintenant c'est la municipalité elle même qui vend son patrimoine !


Dans cette période où l'on voit une multiplication de projets immobiliers, je suis très étonné de voir notre municipalité vendre l'ancienne gare. On ne peut pas en cette période de forte urbanisation faire cette erreur, et encore moins pour 103.000€.

Si la municipalité voulait garder l'ancienne gare comme patrimoine, il fallait la protéger et en faire un espace communal. De nombreuses associations sont demandeurs de salle afin de pouvoir se réunir (même ponctuellement pour des réunion).

Aujourd'hui on prétend vouloir la sauvegarder mais en laissant y faire des commerces et des bureaux ! C'est totalement incohérent. Une fois de plus la municipalité a encore manqué une bonne occasion de démontrer qu'elle avait une bonne vision du territoire communal.

Des commerces ou des bureaux, mais demain ?
Qui peut affirmer qu'un jour ces locaux ne deviendront pas des logements ? Malheureusement personne ! Tout le monde connaît et envisage avec inquiétude le devenir de ce quartier en matière de circulation automobile avec la création de la clinique. Des milliers de véhicules vont emprunter journellement la rue de la gare. Le croisement étroit et dangereux avec la rue des Roudères est déjà un problème actuellement. Aujourd'hui nous l’aggravons !

Il fallait donc la protéger et en faire un espace communal, afin quelle ne soit pas "l'objet d'occupations par des squatters" (propos que l'on retrouve dans la délibération du conseil municipal du 21 avril 2016).


Délibération du conseil municipal du 21 avril 2016 
Vente par la Commune d’une partie de la parcelle cadastrée AO 31, Rue de la Gare, à Monsieur CHICAUD, pour la valorisation et la transformation en commerce ou bureau de l’ancienne gare SNCF.

Madame le Maire précise au Conseil Municipal que l’ancienne gare S.N.C.F., propriété de la Commune et située rue de la gare, parcelle cadastrée AO 31, est aujourd’hui désaffectée et inoccupée. Ce bien fait partie du domaine privé de la Commune. Il a fait l’objet d’occupations par des « squatters » et est dans un état de d’insalubrité avancée.
Madame le Maire informe le Conseil Municipal que Monsieur CHICAUD, architecte, a proposé de faire l’acquisition de cette gare, avec une surface de terrain d’environ 250 m², afin d’y réaliser un commerce ou des bureaux. Les activités se réaliseront sur l’emprise actuelle du bâti de la gare sans extension possible, en réhabilitant et valorisant celle–ci. La réhabilitation de cette gare ne pourra qu’embellir ce site qui se trouve à l’intersection de la rue de la Gare et de la rue des Roudères. Elle devra maintenir les caractéristiques et la perception visuelle de sa fonction originelle de gare. De plus, une activité est cohérente sur cet emplacement entouré de voies et peu adapté au logement. L’acte à intervenir pourra comporter des clauses en ce sens.
Une demande d’évaluation a été faite auprès des services de France Domaines qui ont estimé la valeur vénale du terrain bâti à 103 000 €, avec une marge d’appréciation de 15%. Monsieur CHICAUD a accepté d’acquérir ce bien au montant de 103 000 €.
Madame le Maire demande au Conseil Municipal d’approuver la cession d’une surface de 250 m² de la parcelle AO 31, comprenant le bâti de la Gare, à Monsieur CHICAUD pour un montant de 103 000 €, afin d’y réaliser un commerce ou des bureaux. Les frais de géomètre et de raccordement aux réseaux seront à la charge de l’acquéreur.​

Un drame de la route 
Un adolescent a trouvé la mort à moto le 24 avril 2016, son passager est grièvement blessé.

De nombreux védasiens connaissent ce secteur (la Fermaude) qui est propice aux balades le dimanche et aux joggeurs tous les jours. Toutes les personnes qui fréquentent régulièrement ce quartier, s'accordent à dire qu'il est de plus en plus dangereux, du fait de la vitesse très élevée mais également du non respect du code de la route (sens interdit principalement). Il est donc de plus en plus risqué de se balader en famille.

Cette route est utilisée comme raccourci entre le rond point du Rieucoulon et la route de Lavérune au niveau de Montpellier Village. Elle est un sens unique, mais laisse la possibilité aux vélos et véhicules agricoles de circuler à contre sens,  au risque de voir en face arriver un véhicule à vive allure.

Nous sommes sur des rues communales, il faut réaliser rapidement des aménagements afin de mettre en sécurité les piétons et les cyclistes, en installant des dos d'ânes, et autres installations afin de réduire la vitesse. Les agents de la police municipale doivent effectuer des contrôles plus souvent, afin de monter à certains automobilistes (et autres) que l'on ne peut pas rouler comme sur un circuit ! 

J'espère que mes demandes seront entendues, avant qu'un nouveau drame se produise.
Un mort aujourd’hui, combien demain ?






SAUF VEHICULES AGRICOLE ET VELO