(petit) compte rendu de la réunion de conseil de quartier 3 : La Marquerose, Le Terral, Le Pioch - 14/11/2017

Les travaux réalisés 
- le réseau pluvial à l’avenue Clemenceau,
- Aménagement de la Marquerose la Cadorque et parking complémentaire au Terral, 
- Rénovation de l’aire de jeux du Terral (150 000 euros), 
- Rénovation des fenêtres de la partie ancienne du Chai du Terral, 
- Mise aux normes accessibilités au Terral, 
- Travail progressif de la remise en état du parc de Chai.

A ce jour aucun projet d’urbanisation dans le quartier. Avec la modification du PLU (voté le 21/09 au conseil de la Métropole) aujourd’hui sont autorisés les R+1 avec une hauteur maximum de 8m de haut et de 9m pour les toits tuiles.

Les projets 
- Aménagement et sécurisation de l'avenue Clemenceau (travaux en 2018). Début des travaux au centre commerciale (rond point de chez Mavit). Un total de 6 tranches. À la fin des travaux, il y aura une alternance de circulation dans la partie la plus étroite de l'avenue (clinique du Castelet). Coût estimé : 1 million d'euros. Personnellement j'aurais préféré que l'on achète une partie du terrain (maison qui fait l'angle entre la rue du Pioch et l'avenue Clemenceau), afin de ne pas avoir un feu tricolore sur l'avenue.
- Vidéo protection : parking du Terral (début 2018).
- Contournement ouest de Montpellier (COM). La concertation est terminée et les études sont en cours. Les travaux sur le rond-point de M. Gennevaux sont prévus en 2020.
- Future aire d’accueil de grand passage des Gens du voyage au rond-point de chez Paulette (à la sortie de Saint-Jean-de-Védas). Nous aurons (sûrement) une aire de 180 places (ouverte que l’été). Cette compétence est aujourd’hui à la Métropole. La municipalité travaille avec la Métropole. Pour le moment le projet n’est pas validé.
​Circulation à Saint-Jean-le-Sec.
La municipalité doit ré-ouvrir les Roudères 

La municipalité sur son facebook, annonce qu’en « raison des travaux sur le secteur des Jasses (Clinique Saint Jean, pôle de consultation, bassin de rétention), la rue des Jasses sera fermée à la circulation à partir du 20 novembre jusqu'au 22 décembre puis du 8 janvier au 1er mars (dates sujettes à modification en fonction des aléas inhérents aux travaux). A cette occasion, la rue des Jasses sera entièrement refaite et sécurisée. » 

Une solution existe pour répondre rapidement au problème de circulation à Saint-Jean-le-Sec, sans mettre de côté le COM, le LICOM, et une sortie à Fabrègues (ces trois dossiers doivent avancer rapidement).

Nous devons supprimer le sens interdit de la rue des Roudères
Cette rue doit redevenir à double sens, entre la cave coopérative et le carrefour P. Bernard.
Ce sens interdit se justifie pour l’entrée/sortie du garage de l’immeuble de Roque Fraïsse. Je propose donc que pour accéder à cette porte de garage, les habitants arrivent en voiture par le côté de la cave coopérative et non pas par le carrefour à feux.
J'ai pleinement conscience que cette proposition n'avantage pas les habitants de cette immeuble, qui seront obligés de faire un petit détour, mais les difficultés de circulation que subissent des centaines d'automobilistes au quotidien, m'oblige à proposer de telles solutions.

Pourquoi Mme Véronique Fabry n'a pas siégé lors du dernier conseil municipal 

Par solidarité avec les habitants de Saint-Jean-le-Sec, Mme Véronique Fabry (conseillère  municipale et habitante du quartier), a fait le choix politique de ne pas siéger afin de ​participer au rassemblement avec de nombreux védasiens ce jeudi 9 novembre dans la cour de la mairie.

Suite à la mobilisation des riverains en 2016, la population védasienne pensait que l'ouverture de la rue du Mas de Magret ne se ferait pas ; quelle ne fût pas leur surprise de lire un courrier de la municipalité adressé aux habitants au début des vacances leurs annonçant que la route serait finalement ouverte pour des raisons de sécurité.

Tout le monde comprend que les pompiers, les gendarmes et la police municipale ont besoin de ce passage, mais il fallait tout simplement que l'accès par le Mas de Magret leurs soit réservé.

Sur ce dossier, Véronique et moi même, considérons que la municipalité fait une erreur et que le "passage" en force, sans concertation avec les riverains n'est pas bon.

Après cette mobilisation des riverains, nous souhaitons qu'une réunion publique est lieu rapidement.

Notre crainte aujourd'hui, c'est que l'ouverture de la rue se fasse dans les prochains jours, c'est à dire un mois avant le conseil de quartier prévu le 11 décembre prochain. 
Ce soir je n’assisterai pas au conseil municipal 

Par solidarité avec les riverains de la rue du Mas de Magret, mais aussi à l’ensemble du quartier de Saint-Jean-le-Sec, ce soir je participerai au rassemblement qu’ils organisent à 18h30 à la mairie.

Je profite aussi de ces quelques lignes, pour clarifier un point. Cette mobilisation n’est pas politique, elle émane de nombreux riverains et non de moi.

Pour ma part, il y a un an j’avais informé le quartier et lancé une pétition.
Aujourd’hui, je n’ai pas refait de tract ni de pétition. Je ne suis pas non plus l’organisateur du rassemblement de ce soir. Cette mobilisation n’est pas politique, les védasiens sont grands et intelligents, ainsi ils n’ont pas besoin qu’on leur tienne la main. Cette belle initiative est tout simplement citoyenne. 

Travaux de voirie à l'allée J. Cambon, mais que fait la communication ? 

Lorsque que l'on voit l'état de certaines de nos rues et que l'on sait qu'il y a 2.8 voitures par foyer à Saint-Jean-de-Védas (chiffres INSEE) nous sommes tous d'accord sur le fait qu'elles doivent-être refaites et entretenues.
Je suis d'accord sur le fait de "réparer" nos rues mais je ne comprends pas que l'on communique pas mieux sur les problèmes de circulation.

La fermeture d'une rue "paralyse" des quartiers entiers durant plusieurs jours voire plusieurs semaines. 

Je prends comme exemple l'Allée J. Cambon (dernière en date)
Les travaux sont nécessaires, mais je souhaite comprendre comme les riverains, pourquoi nous sommes juste informés par une petite feuille A4 sur un poteau ?
Qui le soir lorsqu'il fait nuit, s'arrête pour lire l'arrêté ? Qui après une long journée a envie de savoir ce qui a écrit sur cette (petite) feuille ?
Qui se doute qu'il y a une information impactant le quotidien de son quartier sur un si petit encart ? 
Et il y a encore bien plus de raison de ne pas pouvoir lire l'arrêté.

Oui, l'arrêté est bien là, mais...
Avec 33 millions de français qui ont Facebook, encore plus qui ont internet à la maison et la vente de smartphone qui ne fait que progresser, la possibilité d'avoir les infos de jour comme de nuit est tout à fait possible.
A Saint-Jean-de-Védas, l'information a du mal à circuler (comme les voitures par ailleurs). Alors pourquoi ne pas communiquer différemment ?

La communication (facebook) en 2017 à Saint-Jean-de-Védas
A ce jour, 902 personnes suivent l'actualité de la ville via Facebook (je ne connais pas le nombre de védasiens inscrits à la newsletter) alors pourquoi ne pas faire des "post Facebook" lorsque l'on ferme une rue (ou autre) ?
Voici les derniers posts :